Mundial Jazz Club

Jeudi 28 juin 2018, en pleine coupe du monde, nous avons projeté le match Belgique-Angleterre en live, mais sans le son des commentaires. À la place, 7 musiciens ont accompagné le match comme si c’était un film muet. Deux trios représentent chacun une équipe, et la contrebasse, au milieu, représente le ballon. Les trios ne jouent que lorsque leur équipe a le ballon.

Concept et mise en scène : Maxime Pistorio

Jean-Paul Estiévenart : trompette
Greg Houben : trompette
Jérôme Van Den Bril : guitare
Alex Koo : piano
Antoine Pierre : batterie
Frédéric Malempré : percussions
Victor Foulon : contrebasse

Du petit-déjeuner ordinaire ☕️ 🥐

À Bruxelles, si vous demandez « un café », le serveur vous donnera ce que l’on appelle à Paris « un allongé ». Si vous désirez un expresso – celui que les parisiens entendent par « café » – il faudra demander « un petit café », en accompagnant la commande d’un écart du pouce et de l’index, comme pour signifier « un zizi petit comme ça ». À Bruxelles l’ordinaire est allongé, à Paris l’ordinaire est petit. Cela se répercute sur la taille des appartements.

Plus complexe dans ce panorama des mentalités, le cas du croissant. À Bruxelles, il n’existe pas de croissant générique. On l’apprécie « au sucre », « aux amandes », « à la crème », voire « jambon-fromage ». À Paris, « un croissant » désigne un croissant au beurre, cela ne prête à aucun commentaire. Si vous désirez la viennoiserie sans beurre, il faudra demander « un croissant ordinaire », car à Paris, l’ordinaire est l’exception.

À Paris on l’appelle le petit-déjeuner, à Bruxelles on l’appelle le déjeuner. Dans les deux cas, on demande « un café et un croissant ». L’ordinaire du voyageur n’a rien à voir avec la banalité.

Paris, 22 mars 2018

Clip : Blankenberge

Nouveau clip : « Blankenberge », sur une chanson de Mathias Bressan

Nous avons fouillé nos greniers, glané les brocantes et fouiné les sites d’enchères en ligne. Xavier Pique (Atelier Anthracite) a nettoyé, réparé et numérisé des heures de films super 8. Je les ai montés, en faisant dialoguer entre eux des bouts de pellicule qui ne se seraient jamais rencontrés autrement

Le nez rouge de Pierre Etaix

Le clown, cinéaste, acteur et dessinateur Pierre Etaix est mort ce matin.

J’ai rencontré Pierre Etaix en 2013. Je lui avais envoyé par la poste mon court-métrage « La chambre noire », dont un plan lui était dédié. Deux jours après, je recevais en retour une magnifique lettre de sa part, clamant sa surprise et son enthousiasme, et m’offrant les encouragements les plus vibrants.

À son invitation, je suis allé lui rendre visite à Paris, rue Germain Pilon, à deux immeubles de l’appartement où vivaient mes parents lorsque je suis né. Notre rencontre a duré sept heures, et je l’ai quitté avec trois excellents whiskys écossais dans le pif, car il fallait bien ressortir de là avec un nez rouge.

(…lire la suite ci-dessous…)

French clown, comedian and filmmaker Pierre Etaix poses in his home on November 6, 2015, in Paris. AFP PHOTO / BERTRAND GUAY / AFP PHOTO / BERTRAND GUAY

PHOTO / BERTRAND GUAY

Clip – You make me feel so good

Un clip réalisé sans moyens et dans l’urgence, pour la chanteuse Chrystel Wautier.

Pour moi, l’enjeu était de trouver un ton juste entre le clip et la chanson. Je me suis alors essayé à la comédie romantique.

Avec : Chrystel Wautier et Benoît Pauwels
Scénario et réalisation: Max Pistorio
Image: Sylvain Freyens
Assistants: Cédric Raymond et Pauline Leblond
Maquillage: Marguerite NoteletMerci à: Benjamin Wautier, Agathe Détrieux, Florent Freyens, Geraldo Haag, Julie Jaroszewski, Olivier Tordeur, Charlotte Raymond, Carole Nagant, Pauline Leblond ….